Catégorie : Planches-Genealogie

Généalogies – Synthèse générale

L'arbre généalogique dessiné ici représente l'architecture générale de la mythologique grecque depuis le premier principe, Gaia, l'Existence.

PLANCHE DE SYNTHÈSE GÉNÉRALE

Cette planche montre comment est organisée la totalité de la mythologie grecque à partir du principe premier « Gaia » qui, avant qu’il ne se scinde, symbolise l’unité Existence/Conscience. En même temps (mais cela est encore une étape qui précède la création, donc l’espace-temps, donc hors temps !) apparaît Éros, le principe qui lie l’Existence et la Conscience et s’exprime par l’extase divine, la félicité ou Ananda  des Védas.

Puis Gaia  « fit naître, égal à elle-même – il fallait qu’il pût la cacher, l’envelopper entièrement – Ouranos le ciel étoilé, afin qu’il fût, pour les dieux bienheureux, séjour à jamais stable » : le principe premier se scinde en Conscience (Ouranos) et Existence (Gaia) qui, par densifications successives se manifesteront par Esprit et Nature (Matière).

Ce principe premier enfanta aussi Pontos, la Vie, et Ouréa « les hauts monts » qui sont les symboles de la manière dont l’humanité peut réaliser l’union avec le Divin en l’Esprit.

Puis Ouranos engendra avec Gaia les puissances de création, les six Titans et les six Titanides, d’où sont issues tous les arbres généalogiques de la mythologie selon une structure parfaitement logique.

Deux lignées de Titans ont une importance majeure et sont synthétisées dans les planches suivantes : celle du Titan Japet qui concerne l’ascension des plans de conscience et celle du Titan Océanos qui traite du processus de purification/libération.

Les dieux majeurs sont eux issus du Titan Cronos.

Posédon et Zeus issus du Titan Cronos

Dionysos, Posédon et Zeus – National Museum of Denmark

Toutefois, pour un très petit nombre de généalogies, soit les anciens maîtres de sagesse ne les ont pas raccordées volontairement à la structure générale, soit les indications de raccordement ne nous sont pas parvenues ou bien sont peu attestées. Il en est ainsi pour « Les Rois d’Athènes », « La lignée royale d’Arcadie » et « La lignée de Tantale ».

Les numéros indiqués sous les noms des personnages renvoient à l’Arbre généalogique détaillé correspondant. Des indications générales sont données sous l’onglet « Généalogies » ;

 noter que pour certains noms, la terminaison en OS du grec a souvent été conservée.

 

Arbre généalogique de Japet – Ascension des plans de conscience

Mythologie grecque - Arbre généalogique de Japet - Ascension des plans de conscience

ARBRE GÉNÉALOGIQUE DE JAPET – SYNTHÈSE

 

L’arbre généalogique de Japet présenté ici concerne l’ascension des plans de la conscience mentale. Seuls les personnages qui sont les plus connus et/ou ont une importance majeure dans les mythes sont représentés. Pour les autres personnages, voir les arbres détaillés correspondants.

Voir la page « La structure de la Mythologie » pour une description détaillée

De Japet sont issues deux lignées :

Celle d’Atlas décrit les sept plans de la conscience mentale qui succèdent au cinq plans de la conscience vitale animale (cf. Arbre généalogique de Pontos) :

-Alcyoné représente le mental physique

-Célaéno symbolise le mental vital

-Mérope, femme de Sisyphe, incarne l’intellect ou mental de raison

-Stéropé est le symbole du mental supérieur. Dans sa descendance figure Hippodamie « la maîtrise du vital ».

-Électre, symbole du mental illuminé, est associée à la lignée royale troyenne comprenant parmi d’autres les héros Laomédon, Priam, Hector et Pâris.

-Taygète représente le mental intuitif. Dans sa descendance se trouve les Dioscures Castor et Pollux ainsi que Clytemnestre et Hélène, cette dernière étant la cause de la guerre de Troie

-Enfin Maia représente le surmental et a pour fils le dieu Hermès.

La seconde lignée est celle de Prométhée « celui qui met en avant (en priorité) sa soumission à l’être intérieur ». Elle illustre les expériences et réalisations majeures que le chercheur rencontrera dans l’ascension des plans de conscience. Elle comporte deux branches : celle d’Hellen qui concerne les chercheurs de vérité ordinaires, et celle de Protogénie « ceux qui marchent en avant », c’est-à-dire les aventuriers de la conscience.

La branche d’Hellen comprend :

-Sisyphe et son petit-fils Bellérophon : le travail de l’intellect et la lutte contre les illusions.

-Athamas : la progression vers la compréhension de l’intégrité

-Magnès : la progression dans l’aspiration

-Salmonée : avec Nestor, l’évolution de l’intégrité

-Créthée : son petit-fils Jason illustre la première grande expérience spirituelle

-Périérès : avec Idas et Lyncée se perfectionnent la Vision d’ensemble et la vision des détails

-Déion : c’est l’ancêtre d’Ulysse, le chercheur le plus avancé sur le chemin.

La branche de Protogénie, symbole des réalisations les plus avancées sur le chemin spirituel, comprend Œnée, Léda, Méléagre, Déjanire et Diomède

 

Arbre généalogique d’Océanos – Purification et libération

Mythologie grecque - Arbre généalogique d'Océanos - Purification et libération

ARBRE GÉNÉALOGIQUE D’OCÉANOS – SYNTHÈSE

L’arbre généalogique d’Océanos présenté ici concerne le processus de purification / libération. Seuls les personnages qui sont les plus connus et/ou ont une importance majeure dans les mythes sont représentés. Pour les autres personnages, le lecteur se reportera aux arbres détaillés correspondants.

Les lignées issues d’Océanos sont composées de dieux-fleuves pour les personnages masculins et d’Océanides qui sont des nymphes rattachées à des eaux vives, parfois aussi ces eaux vives ou rivières elles-mêmes.

Voir la page « La structure de la Mythologie ».

Les dieux fleuves personnifient des courants de conscience-énergie correspondant à des processus de yoga tel par exemple l’Inachos « l’évolution de la concentration ». Trois d’entre eux ont une importance majeure dans les mythes : l’Inachos, le Pénée et l’Asopos. De l’Inachos sont issus de très grands héros tels Persée, Héraclès, Minos, Dionysos et Œdipe. De l’Asopos sont issus Ajax et Achille et du Pénée les Lapithes.

Les  Océanides, qui selon Hésiode sont plus de trois mille, sont des nymphes aquatiques (mais non marines car la mer est le domaine de Pontos, la Vie). Le plus souvent rattachées à des rivières ou à des eaux vives, elles représentent des qualités divines  que l’homme doit acquérir ou retrouver par le yoga.

Les plus connues d’entre elles sont

– le Styx, fleuve du monde souterrain (Styx est un mot féminin en grec)

– Métis, la mère d’Athéna, qui fut avalée par Zeus

– Pléionè « celle qui remplit » ou « celle qui comble », l’épouse d’Atlas. L’homme qui intègre Pléionè comble progressivement le gouffre entre l’Esprit et la Matière.

– Dioné « l’évolution vers l’union », qui est unie à Tantale  « l’aspiration ».

Gaia et le Tartare – Arbre généalogique 1 – Les Origines

Gaia et le Tartare - Arbre généalogique 1 - Mythologie grecque

GAIA ET LE TARTARE – ARBRE GÉNÉALOGIQUE 1 – LES ORIGINES

Cette planche explicite la Genèse de la création telle qu’elle a été exposée par le poète Hésiode et telle qu’elle est explicitée dans la page La Genèse

La première branche traite de la façon dont le Suprême, l’Absolu concentré en lui-même représenté par Chaos, s’est objectivé lui-même en deux étapes successives : d’abord par la Ténèbre et la Nuit, puis par la Lumière divine et le jour.

La seconde branche est issue du principe premier « Gaia » qui, avant qu’il ne se scinde, symbolise l’unité Existence/Conscience. Puis ce principe se scinda en Conscience (Ouranos) et Existence (Gaia), qui par densifications successives se manifesteront par Esprit et Nature.

En même temps apparût Éros, le principe qui lie l’Existence et la Conscience et s’exprime par l’extase divine, la félicité ou Ananda  des Védas. Apparût aussi le Tartare, expression de la Nescience, c’est-à-dire de la négation de la Conscience. À noter que le Tartare n’est pas l’inconscient qui est symbolisé par le dieu Hadès.

Gaia enfanta aussi Pontos, la Vie – Voir Arbre généalogique 2 – , et Ouréa « les hauts monts » qui permettent à l’humanité de réaliser l’union avec le Divin en l’Esprit.

Puis Ouranos engendra avec Gaia les puissances de création, les six Titans et les six Titanides, d’où sont issues tous les arbres généalogiques de la mythologie – Voir Arbre généalogique 3 -, ainsi que les Cyclopes et les Hécatonchires ou Cent-bras, principes d’une part de l’Omniscience divine et de l’autre de l’Omnipotence et l’Omniprésence divines.

Du Tartare, sont issus Typhon, symbole de l’Ignorance, et Échidna, symbole d’un mouvement évolutif perverti.

Typhon et  Échidna s’unirent pour donner naissance aux quatre grands monstres qui représentent les plus grands obstacles à l’évolution :

-Le chien Orthros, symbole de la négation de la Vérité et donc du mensonge

-Cerbère, le chien d’Hadès qui garde l’accès au monde souterrain, à la conscience de l’unité Esprit/Matière. Il représente la négation de la Vie et donc aussi de la conscience de la nature réelle de la mort.

-L’Hydre de Lerne, symbole de la négation  de la Joie, du fait du désir qui provient de l’illusion de la conscience d’être séparé et donc de la souffrance associée.

-La Chimère, symbole de la négation de la Conscience, et donc de l’Illusion.

Orthros et Échidna s’unirent pour donner naissance au Lion de Némée, symbole de l’Ego, et à Phix – la Sphinge – qui incarne la sagesse pervertie.

Iris, les Harpies et la Gorgone Méduse – Arbre généalogique 2 – L’évolution de la vie

Iris, les Harpies, Nérée, Gorgone Méduse, Echidna, Géryon, Pégase - Arbre généalogique 2 - Mythologie grecque

ARBRE GÉNÉALOGIQUE 2 – L’ÉVOLUTION DE LA VIE

L’arbre généalogique représenté ci-dessus est issu de Pontos « le flot marin », symbole de la Vie. Il est explicité dans la page « La descendance de Pontos ».

C’est un fils de Gaia qu’elle engendra seule (Voir la Planche des Origines).

Unie à sa mère Gaia, au principe d’Existence, Pontos engendra cinq enfants qui représentent les cinq étapes de la croissance vitale qui s’applique aussi bien aux règnes végétal et animal qu’au règne humain. L’homme conserve en effet en lui les mémoires de l’évolution.

Le premier enfant est Nérée appelé « le vieillard de la mer ». Il représente en effet l’émergence de la Vie hors de la matière, depuis les premières cellules vivantes jusqu’aux animaux multi cellulaires. Il est uni à Doris « les Dons de la Vie ».

Le second est Thaumas « admirable, étonnant, merveilleux » qui caractérisent les animaux pour lesquels il n’existe pas encore de centre où sont rapportées les sensations, pas de cerveau. Ce sont les sens qui « pensent » indépendamment les uns des autres.

Thaumas eut deux enfants :

-Iris, « la messagère des dieux », c’est-à-dire ce qui fait le lien entre la conscience corporelle et le plus haut de la conscience mentale.

-les Harpies, symboles du principe d’homéostasie ou de son inverse, la rupture d’équilibre, qui sont les processus de base de l’évolution : stabilité et mise en mouvement.

Les deux enfants suivants sont liés à la formation du moi animal (et non pas de l’ego humain). Le premier Phorcys incarne le processus de dissociation tandis que la seconde Céto le principe de fusion. Ils s’unirent et eurent pour enfants :

-les Grées qui représentent les rudiments de conscience et de mémoire (elles n’ont  à  elles trois qu’un seul œil et une seule dent).

– les Gorgones dont Méduse qui incarne la peur.

-Échidna, le symbole d’une perversion qui apparaît dans l’évolution.

Lorsque Persée tranche le cou de la Gorgone Méduse, alors peuvent se manifester Chrysaor « l’homme au glaive d’or » et Géryon « les pouvoirs de la vie » ainsi que le cheval ailé Pégase, symbole d’un vital libre.

Les Titans – Arbre généalogique 3

Les Titans - Arbre généalogique 3 - Mythologie grecque

LES TITANS – ARBRE GÉNÉALOGIQUE 3

Les Titans et Titanides sont issus de l’Union d’Ouranos et de Gaia (Cf. Arbre généalogique 1) Ce sont des puissances qui appartiennent au monde de création, c’est-à-dire au monde supramental tel que l’a défini Sri Aurobindo. Ils sont décrits en détail dans la page « LA STRUCTURE DE LA MYTHOLOGIE : LES TITANS ET LEUR DESCENDANCE » et constituent la structure sur laquelle est bâtie la quasi-totalité des mythes.

Le règne des Titans correspond à l’enfance de l’humanité, celle du jardin d’Eden décrit dans la Bible, aussi dénommé l’Âge d’or. Les hommes avaient alors à leur disposition un certain nombre de pouvoirs.

Lorsque dans l’humanité le mental eut pris le dessus sur les instincts et pulsions de l’enfance – à la fin de la longue guerre qui opposa les Titans aux dieux – le règne des dieux fut instauré. Les Titans furent relégués par Zeus dans le Tartare, indiquant ainsi que les forces de création ne seraient plus disponibles à l’homme tant que durerait la traversée du mental.

Quatre Titans sont unis à des Titanides, exprimant par là des forces totalement actives dans la manifestation. Les Titans Japet et Crios sont associés à des déesses de rang moindre car selon toute vraisemblance les anciens voulurent ainsi exprimer que les « véritables » unions ne pourraient se réaliser tant que l’humanité n’aurait pas accompli les étapes préliminaires représentées par ces unions temporaires.

À chaque Titan correspond un domaine d’action particulier.

-Hypérion « la conscience la plus haute » représente le plus haut degré du pouvoir créateur

-Koios est la source des étincelles divines autour desquelles se forment les êtres psychiques.

-Krios gouverne les mouvements de libération et transformation

-Japet préside à l’évolution de la conscience dans l’humanité

-Cronos est à l’origine des puissances du surmental, les douze dieux de l’Olympe, chargées d’aider l’humanité dans sa progression à travers les plans du mental

-Océanos est le père de tous les courants de conscience-énergie et des processus évolutifs.

Hélios, Circé et Médée – Arbre généalogique 4

Hélios, Séléné, Eos, Circé, Aiétés, Médée, Pasiphaé, et le Minotaure - Arbre généalogique 4 - Mythologie grecque

HÉLIOS, CIRCÉ ET MÉDÉE – ARBRE GÉNÉALOGIQUE 4

Hypérion symbolise le niveau le plus élevé du plan de création, le plus haut degré du pouvoir créateur. Il est l’un des six Titans fils du couple Ouranos-Gaia (cf. Arbre généalogique 1). Sa descendance est étudiée dans la page « HYPÉRION : HÉLIOS ET PHAÉTHON, SÉLÉNÉ, ÉOS ».

Sa partenaire Théia est « la Divine » avec qui il eut trois enfants :

-Hélios, « le soleil » principe illuminateur du supramental

-Séléné, « la lune », principe réalisateur au plus haut du plan de création

-Éos : la déesse de l’aurore « aux doigts de rose », incarnant l’« éternel nouveau », en résonnance avec la Joie divine, Ânanda ou Éros.

Dans la légende la plus ancienne Hélios n’eut que deux enfants :

– la magicienne Circé qui symbolise la puissance de vision ou de discernement de la Vérité, « la vision pénétrante qui voit dans le détail ». Elle oblige à voir ce que l’on est et fait remonter les éléments cachés à la surface.

– le roi de Colchide Aeétès (ou Aiétès) symbole de la conscience supérieure « qui voit la totalité » et contrôle le pouvoir de réalisation dans le mental (il a la maîtrise des taureaux les plus indomptables). Jason devra mettre sous le joug ses taureaux afin de pouvoir emporter la Toison d’Or. Il est le père de la magicienne Médée qui épousa Jason et tua ses propres enfants.

Lorsque se développa plus tardivement le mythe de Dédale, les initiés ajoutèrent un autre enfant d’Hélios, Pasiphaé « la puissance de rayonnement », femme de Minos. Amoureuse d’un taureau, elle mit au monde le Minotaure, symbole d’une erreur majeure sur le chemin spirituel : l’appropriation par l’ego du pouvoir réalisateur du mental lumineux qui apparaît dans le chercheur.

Léto, les Moires et les Muses – Arbre généalogique 5

Léto, les Moires et les Muses - Arbre généalogique 5 - Mythologie grecque

ARBRE GÉNÉALOGIQUE 5 – KOIOS (COEOS), THEMIS, MNÉMOSYNE

L’arbre généalogique représenté ci-dessus comprend non seulement la descendance du Titan Koios (voir la page COÉOS : LÉTO ET ASTÉRIA), mais aussi celle de deux Titanides qui sont unies non pas à un Titan mais à Zeus (voir la page ZEUS). En effet, les puissances correspondantes à ces deux Titanides ne pourront être actives dans l’humanité seulement lorsque celle-ci aura accompli ce que représentent leurs enfants, les Heures, les Moires et les Muses.

Koios engendra Léto, symbole de « l’individuation la plus haute, ce que nous avons appelé à la suite de Sri Aurobindo « l’être psychique », ce corps subtil qui se constitue progressivement autour de l’âme, l’étincelle divine, et qui, au fur et à mesure des réincarnations, doit rassembler autour de lui les autres corps – mental, vital, corporel – afin de réaliser un être divin incarné pleinement individualisé.

De son union avec Zeus, Léto eut deux enfants, Apollon et Artémis, qui représentent respectivement  « une puissance illuminatrice » et une « volonté réalisatrice », non pas la volonté de l’ego qui est raidissement, mais la volonté qui est une tension de l’âme vers le but.

Astéria, deuxième enfant du couple, symbolise d’innombrables éclats de lumière générés par son union avec Persès qui œuvre au processus de transformation. Ces éclats de lumière aident à la croissance de l’être psychique.

La Titanide Thémis représente la « loi divine et l’ordre » présidant à toutes choses. Elle détient l’art de la prophétie qui connaît « en Vérité ». Elle fut après Métis la seconde épouse de Zeus avec lequel elle conçut :

-les Heures – Eiréné (Paix ou Sérénité), Diké (Justice), et Eunomia (Ordre), qui sont en termes de yoga, l’« équanimité », l’« exactitude » et la « pureté (chaque chose à sa place »

-les Moires (les Parques), les célèbres sœurs qui tiennent entre leurs mains les fils de la vie : Clotho « celle qui file », Lachésis « la destinée » et Atropos « l’inflexible ».

La Titanide Mnémosyne dont le nom signifie « celle qui se souvient (de tout en même temps) », la réunification obtenue par une mémoire « totale » retrouvée, passé, présent et futur qui enfanta les Muses, pourvoyeuses pour les anciens de la Sagesse et de la Connaissance. Hésiode ne nous livre que leurs noms qui expriment inspiration, action de grâce, joie, plénitude, harmonie, temps juste, action juste, parole juste, autrement dit un accord avec les plans supérieurs de Vérité.

Hécate, Borée et Zéphyr – Arbre généalogique 6

Hécate, Borée, Calais et Zétès, Notos, Eurus et Zéphyr - Arbre généalogique 6 - Mythologie grecque

ARBRE GÉNÉALOGIQUE 6 – KRIOS (CRIOS)

L’arbre généalogique de Krios (ou Crios) illustre le travail des forces divines qui gouvernent l’évolution de l’humanité. Il est explicité dans la page « CRIOS : LES GRANDS VENTS BORÉE, NOTOS, ZÉPHYR, EURUS ET LA DÉESSE HÉCATE ».

Uni à Eurybié « une vaste puissance », il engendra trois enfants :

Astraéos « des impulsions lumineuses (étoilé) », qui, s’unissant à la déesse Éos « la déesse de l’aurore (le Nouveau) », est à l’origine des « aides divines » que sont les quatre grands « vents » qui aident le chercheur dans son chemin évolutif.

-Eurus, le vent d’Est, apporte le Nouveau. Il est porteur des forces de renouvellement.

-Borée, le vent du Nord, froid et sec, est le vent de l’ascèse spirituelle. Il eut plusieurs enfants dont Calaïs « qui appelle (ou le besoin d’autre chose) » et Zétès « celui qui cherche, qui s’efforce ».

-Notos, le vent du Sud, est source de confusion, d’une perte de repères qui est parfois nécessaire dans l’évolution du chercheur.

-Zéphyr, le vent d’Ouest, oblige à le chercheur à se purifier, au sens de mettre chaque chose à sa place, sans mélanges (mental et émotions, etc.).

Ces vents peuvent être de légères brises ou souffler en tempêtes selon les moments du chemin.

Le deuxième fils est Pallas « la force qui aide à établir la libération totale (esprit et nature) ». Par son union avec Styx, le fleuve du monde souterrain au royaume d’Hadès et symbole de la « réalisation d’une intégrité totale », il génère les puissances qui deviendront disponibles à l’homme lorsque la réunion corps-esprit sera effective.

Le troisième fils est Persès « la puissance de transformation », qui, par son union avec Astéria « une infinité de points lumineux (étoilée) », décrit la multitude de transformations requises pour parfaire l’évolution humaine. Cela permettra l’influence progressive de la déesse Hécate « celle qui vise des buts lointains » ou « celle qui est hors de l’aveuglement de l’esprit », la divinité qui doit régner sur le proche avenir de l’humanité.

Atlas et Prométhée – Arbre généalogique 7

Atlas, Prométhée et Épiméthée, Deucalion - Arbre généalogique 7 - Mythologie grecque

JAPET – LES LIGNÉES

Dans cette page sont présentées les deux principales lignées de l’arbre généalogique de Japet, celle d’Atlas et celle de Prométhée, qui décrivent d’une part les sept plans de la conscience mentale et d’autre part les expériences et réalisations majeures vécues par le chercheur dans l’ascension de ces plans.

Voir la page « La structure de la Mythologie ».

Rappelons qu’Atlas a été condamné par Zeus à porter le ciel sur ses épaules : il est donc le symbole de ce qui, dans la conscience humaine, sépare l’esprit (le ciel) de la matière (la terre sur laquelle il se tient). Il est uni à Pléioné, « celle qui remplit » ou « celle qui comble ». Leurs enfants les Pléiades symbolisent les sept plans que l’humanité doit gravir dans le mental au cours des millénaires pour combler ce gouffre ouvert par Zeus lorsque l’humanité quitta l’enfance. Actuellement, l’homme peine à développer le troisième niveau, l’intellect.

L’autre lignée est celle issue de Prométhée « celui qui met en avant (en priorité) sa soumission à l’être intérieur ». Son frère Épiméthée est celui « qui reste à la surface de sa soumission à l’être intérieur », c’est-à-dire dans apparences. Son fils Deucalion est « celui qui appelle l’union ».

Deucalion s’unit à Pyrrha la rousse « la flamme d’aspiration » qui lui donna deux enfants :

-Hellen, le travail en vue de « la libération » et de « l’éveil » incarné par sa femme Orséis. Leur fils est Éole qui représente le chercheur « qui est toujours en mouvement » et doit œuvrer par « ce à quoi il excelle » selon le sens du nom de sa femme Énarété.

-Protogénie « ce qui naît en avant » symbolise les aventuriers de la conscience, ceux qui marchent en avant de l’humanité.