Léda, Méléagre, Déjanire et Diomède – Arbre généalogique 9

Print Friendly, PDF & Email

Léda, Méléagre, Déjanire et Diomède - Arbre généalogique 9 - Mythologie grecque

ARBRE GÉNÉALOGIQUE 9 – LA DESCENDANCE DE PROTOGÉNIE

Protogénie dont le nom signifie « qui marche en tête » (de la progression de l’humanité) appartient à la lignée de Japet « l’ascension des plans de conscience » (Cf. Arbre généalogique 7 et Arbre généalogique 8). Elle concerne donc les aventuriers de la conscience et les avatars qui ouvrent les chemins du futur dans cette ascension. Protogénie étant un personnage féminin, il s’agit de réalisations et non de travaux de yoga.

L’étude détaillée de cette généalogie figure dans la page « La chasse au sanglier de Calydon ».

La première réalisation importante est incarnée par Endymion « celui dont la conscience est consacrée ». Il a pour amante Séléné « la lune ». À sa demande, Zeus lui accorda un sommeil éternel, symbole d’une disparition de l’ego. Cela permet à la « personnalité vraie » représentée par Séléné, fille d’Hypérion (voir Arbre généalogique 4), de prendre sa juste place dans l’évolution de l’aventurier.

La descendance d’Endymion jusqu’à Agénor concerne une purification vitale approfondie.

La descendance d’Agénor comporte deux branches :

La branche de Demodiké dont la petite fille est Léda illustre le développement d’une très grande sincérité ou intégrité. Léda s’unit à Tyndare qui appartient à la ligne de Taygète « le mental intuitif », et ils eurent quatre enfants dont Hélène qui fut à l’origine de la guerre de Troie. Il s’agit donc pour l’aventurier d’un travail du mental intuitif en vue d’une plus grande union.

L’autre branche où figure Œnée concerne davantage ce qui a trait à « l’ivresse divine » avec son corollaire, les paradis de l’Esprit représentés par les Sirènes, paradis où l’aventurier peut s’égarer. C’est dans cette branche que se situe Iole, la dernière union d’Héraclès qui causera sa mort suite à la jalousie de Déjanire.

Œnée eut une seconde liaison avec Althaia, sœur de Léda, qui lui donna deux enfants : Méléagre « le travail d’ajustement ou d’exactitude » et Déjanire « le détachement ».