Conférence

Print Friendly, PDF & Email

La mythologie grecque, vaste synthèse spirituelle introduisant à l’œuvre de Sri Aurobindo

 

Cette conférence a été donnée à Auroville le 7 février 2015

 

Cette conférence se propose de montrer en quoi la mythologie grecque peut être rapprochée de l’œuvre de Sri Aurobindo.
Cette mythologie constitue en effet une vaste synthèse spirituelle et son étude peut constituer une bonne introduction aux écrits de Sri Aurobindo.
Il faut se souvenir également que Sri Aurobindo, non seulement s’était très fortement imprégné de la culture grecque et latine durant ses études en Angleterre, mais qu’il s’était aussi intéressé de très près à la mythologie grecque. Il avait même commencé à écrire, parallèlement à Savitri, un long poème de près de quatre mille vers qu’il laissa inachevé, Ilion. Ce poème reprend l’histoire de la guerre de Troie là où l’avait laissée Homère dans l’Iliade, depuis le soutien apporté aux Troyens par l’amazone Penthésilée jusqu’à la chute de Troie.
Sri Aurobindo semble avoir voulu reprendre la description du chemin spirituel à partir des évènements décrits dans l’Éthiopide, poème du Cycle troyen dont nous n’avons qu’un bref résumé, qui suivait immédiatement l’Iliade et traitait de l’engagement de l’amazone Penthésilée et des évènements entre la mort d’Hector et le sac de Troie. Avant lui, Quintus de Smyrne, poète latin du 3e ou 4e siècle après J.-C. en a proposé une version en quatorze chants.
Sous toute réserve, nous pouvons imaginer que le cadre de la mythologie grecque ne laissait sans doute pas à Sri Aurobindo assez de liberté pour exprimer ses visions et ses expériences, mais surtout impliquait un décodage préalable du symbolisme utilisé qui privait le lecteur d’une compréhension directe. Nous supposons que c’est l’une des raisons pour lesquelles il abandonna Ilion au profit de Savitri.

 

Le travail d’interprétation qui a permis ce rapprochement est édité en trois volumes sous le titre Mythologie grecque, yoga de l’Occident aux Éditions de Midi et un bref aperçu peut être consulté sur le site lemythographe.fr. Ce travail de quelques décennies n’aurait pas été possible sans la mise au jour progressive des clefs de cryptage qui comprennent :
– le sens des symboles élémentaires tels qu’ils étaient utilisés à l’époque d’Homère et dont nombre d’entre eux sont tirés des Védas, tel celui de la vache, principe illuminateur du supramental (le plan de Vérité, situé au-delà des sept plans du mental).
– les contenus archétypiques des lettres de l’alphabet grec composant le nom des héros, des personnages, des dieux et des lieux.
– le principe de structuration des enseignements et des expériences selon une structure complexe d’arbres généalogiques.
– la concentration en un symbole unique, le Caducée d’Hermès, de l’organisation de la Réalité sous sa forme dynamique, symbole qui, sous sa forme statique, peut-être étudié avec l’arbre des Sephiroth, qui est un symbole très complexe de la tradition kabbalistique hébraïque.
– des artifices divers pour préciser certains éléments tels la chronologie des expériences ou la progression dans le yoga.

Avant d’aborder le chemin spirituel proprement dit, il est nécessaire de se familiariser avec la structure générale de la mythologie. Aussi allons-nous considérer l’évolution humaine depuis les débuts de l’évolution de la vie, bien que ces stades archaïques de la conscience ne soient en fait abordés que dans les phases les plus avancées du yoga, celui-ci étant un processus progressif de dévoilement et d’ascension-intégration. L’ascension permet en effet de contacter des forces indispensables au processus de descente et de purification.